HISTORIQUE DE LA CRÉATION DE SEL Mada

En septembre 2010, Claudie et Jacques LEPELLETIER commencent leur retraite de l’enseignement. Claudie enseignait les mathématiques dans le collège ND de Bellegarde à Neuville sur Saône . Jacques était professeur d’informatique en BTS au lycée Les Chartreux de Lyon.

Un nouveau projet commence :
Dès octobre 2010, Claudie et Jacques partent à Madagascar pour un projet d’aide éducative pour des écoles de la ville de Fianarantsoa et pour une aide informatique pour le diocèse de la même ville. (Cf: blog.lepelletier.org)

Jacques Lepelletier
Claudie Lepelletier

Quelques réflexions suite à l’observation de l’enseignement à Fianarantsoa:

Cette mission d’une durée de 16 mois leur permettra d’observer l’enseignement à Fianarantsoa :
A Madagascar, la scolarisation des enfants se développe. Les établissements scolaires sont gérés soit par l’état soit par les congrégations religieuses et les nombreuses associations de parrainages.

D’après nous, ce qu’il manque à la société de ce pays, pour son développement : c’est une classe moyenne . Actuellement il y a des riches (très !), des pauvres et peu de gens entre ces deux groupes (ingénieurs, médecins, cadres, etc….)
La constitution de cette classe moyenne nécessite des jeunes ayant suivi des études supérieures et/ou professionnelles. Ces formations existent à Madagascar mais sont hors de portée financière pour beaucoup de jeunes Malgaches, quoique elles peuvent sembler peu onéreuses à nos yeux d’européens!.
Les jeunes bacheliers malgaches sont intelligents et peuvent apprendre s’ils en ont les moyens.

Septembre 2012 Création de SELMADA

Les objectifs de l’association :

AIDER

• Donner la possibilité aux jeunes de suivre des études dans leur pays, grâce à une bourse complémentaire – cette bourse restera à un niveau compatible avec la bourse d’état … • Demander à des étudiants français d’aider des étudiants malgaches, avec possibilité de relations d’échanges s’ils le désirent • Sélectionner des étudiants malgaches en fonction de leur projet professionnel et les suivre en utilisant les compétences d’un(e) correspondant(e) malgache vivant à Fianarantsoa

SOUTENIR

• Une animatrice malgache locale aura pour mission de suivre, orienter, et conseiller les étudiants malgaches. • L’animatrice devra susciter la création d’un groupe de jeunes solidaires

FORMER

• Pour éviter de transformer les jeunes en « mendiant de la solidarité extérieure » nous prévoyons de demander aux étudiants soutenus par l’association, de mettre en œuvre au moins une action de solidarité (non financière) pour leurs collègues ou pour des enfants plus jeunes, ou etc….
Groupe etudiant 2012

ÉTUDE CHIFFRÉE DU PROJET EN 2012

Les dépenses de l’étudiant :

Pour un étudiant, les frais d’inscription sont de :
  • 15 000 à 25000 Ar par an en faculté (9 €)
  • 200 000 Ar par an en master (72 €)
  • 150 000 à 400 000 Ar par an en école universitaire d’état (54 € à 144 €)Une chambre en résidence universitaire coûte 3000 Ar /mois (1,07 €) elles sont malheureusement insuffisantes en nombre Une chambre en ville coûte de 20 000 à 40 000 Ar / mois (7 à 14 €) Une ration de riz coûte 10 € /mois L’étudiant doit payer ses cours (reproduction), ses transports, l’accès à Internet et à un ordinateur etc…. Les supports de cours sont vendus par les professeurs et leur achat est souvent obligatoire pour passer l’examen. L’accès à Internet et à un ordinateur peut se faire au campus numérique (franco malgache) pour 10 000 Ar /an ou dans les cyber-cafés (mais c’est plus cher ! 300 Ar les 20 minutes). En début d’année, il doit s’équiper en matériels scolaires et matériels de vie. En fin d’année il a souvent des rapports à rendre qu’il doit faire reproduire à ses frais.

Une idée des ressources de l’étudiant:

La famille aide l’étudiant, mais les ressources des familles sont souvent insuffisantes. Chaque étudiant inscrit à l’université peut obtenir une bourse de :
  • 20000 Ar /mois en 1ère année (7,15 €)
  • 30000 Ar /mois en 2ème année (10,71 €)
  • 40000 Ar /mois en 3ème année (14,30 €)
pendant 9 mois. Il reçoit une subvention d’équipement de 80000 Ar en début d’année (28,57 €) Le paiement de cette bourse est aléatoire (cette année 2012, 7 mois de retard !!)

Intervention financière de l’association :

Le financement d’un étudiant 1ère année (12 mois à 20 000Ar = 240 000Ar) = 86 € plus les frais d’inscription 50 € soit un total de 136 € Le financement d’un étudiant 2ème année (12 mois à 30 000Ar = 360 000Ar) = 129 € plus les frais d’inscription 50 € soit un total de 179 € Le financement d’un étudiant 3ème année (12 mois à 40 000Ar = 480 000Ar) = 171,50 € plus les frais d’inscription 50 € soit un total de 221,50 € Ainsi donc, avec 536,50 €, nous pouvons financer les bourses des 3 années d’études d’un étudiant.

LA RÉALISATION DU PROJET

En septembre 2013, l’association en France est officiellement crée en France.
Dès l’année scolaire 2013-2014 nous aidons 9 étudiants

Aider financièrement sans déresponsabiliser et en éduquant :

Une constatation : les jeunes sont peu habitués au fonctionnement d’un système bancaire pour leur vie, c’est une occasion de les habituer à ce mécanisme.

  • L’argent de l’association SEL Mada est géré en France sur un compte bancaire.
  • Nous avons à Fianar un compte dans un organisme qui fait du microcrédit et qui fonctionne un peu comme notre ancienne caisse d’épargne.
  • Chaque étudiant a un livret d’épargne.
  • L’argent est viré par notre trésorier sur le livret de l’association.
  • Sur notre ordre, notre correspondante indique à l’organisme malgache les sommes à répartir sur les livrets des étudiants et doit nous transmettre par Internet le résultat de l’ordre.

Nous avons donc un contrôle régulier et les risques sont réduits. De plus nous avons encore l’intention de nous rendre régulièrement à Fianarantsoa.

Ce système perdure actuellement tout en ayant été modifié dans son organisation. Les étudiants ont maintenant un vrai compte en banque et nous gérons les virements par Internet depuis la France. Le directeur local de la banque est associé concrètement à notre volonté de formation des jeunes.

SITUATION ACTUELLE DE L'ASSOCIATION

Evolution de notre système de financement français

A ce jour ( avril 2020) nous avons fait évoluer le projet dans ses modalités de financement tout en gardant les objectifs de départ.
L’idée de faire financer le projet par des étudiants français était intéressante mais peu réaliste compte tenu du caractère très mobile cette population.

Nous avons conservé les relations avec l’enseignement supérieur des Chartreux de Lyon dans un esprit de formation pour les jeunes étudiants lyonnais.
Nous avons orienté notre système de financement dans 3 directions :

  • des parrainages non nominatifs
  • des dons
  • des marchés d’artisanat malgache

Lors de l’assemblée générale novembre 2019 nous avions 14 parrains

Des collaborations pour être plus efficaces

En 2019 le Fonds de Dotation Charlotte (siège social à Paris) parraine 5 étudiants. En 2020 l’aide s’est intensifiée avec 10 étudiants financés.